Les bâillements contagieux d’une Somnambule à dormir debout

Publié le par Antonin

Photo les Echos 


« Un opéra, c'est une histoire où un baryton fait tout pour empêcher un ténor de coucher avec une soprano » disait George Bernard Shaw.  Dans la Somnambule de Bellini, c’est grâce au baryton que le couple soprano-ténor se réconcilie finalement. Et c’est bien la seule originalité de ce livret famélique, abracadabrantesque et d’une niaiserie confondante que Felice Romani a emprunté à la trame d’un ballet pantomime.

 

L’Opéra de Paris semble prêt cette saison à toutes les concessions pour s’attacher les services des stars qui remplissent les salles. Jusqu’à ressusciter des spectacles surannés pour satisfaire leurs caprices (ce fut le cas, déjà avec Natalie Dessay, pour la reprise de La Bohème de Jonathan Miller), et jusqu’à importer de Vienne une production de la Somnambule pensée pour et autour de la même Natalie Dessay, qui y a quasiment fait ses débuts dans le bel canto en 2001. Une production pas franchement ratée, mais franchement ennuyeuse.

 

La faute, d’abord, à un homme : Evelino Pido, le chef d’orchestre. Certes, celui que Natalie Dessay considère comme « son père » est un spécialiste du bel canto. Mais ses tempi traînant ne permettent jamais à une partition pour le moins inégale de décoller. Les temps faibles de l’œuvre, qui sont nombreux, s’étirent en longueur, tandis que l’intensité du reste est noyée par des effets d’attente, des points d’orgue sans fin, qui brisent tout l’allant d’une partition qui n’en est pas dépourvue.

 

La faute surtout à une mise en scène d’une indescriptible platitude. Les décors qui transportent ce drame villageois dans une sorte de station thermale de montagne ne sont pas laids, mais cette transposition, qui fonctionne très mal avec le livret (on rigole en entendant le comte chanter les charmes du village, son moulin et sa fontaine), n’est porteuse d’aucun regard nouveau sur cette œuvre champêtre et gnan-gnan : l’enthousiasme des villageois sonne toujours aussi faux, les allées et venues des protagonistes (épousera ? épousera pas ?) sont toujours aussi grotesques. Nul espoir de donner corps à la psychologie de ces personnages, caricatures d’eux-mêmes, que la mise en scène s’acharne à traiter au premier degré.

 

Photo opéra de ParisSoyons juste : Natalie Dessay ne manque ni d’atouts, ni de présence. Une agilité vocale sans égale, une technicité impeccable, une douceur et un velouté particulièrement touchants, on a sans doute affaire à une des grandes cantatrices de notre temps. Pour autant, je n’ai pas encore eu l’occasion d’être totalement convaincu par son virage belcantiste, et ce spectacle n’était pas de nature à me faire changer d’avis : si l’on ne peut qu’être impressionné par les pyrotechnies finales, les carences dans le grave et le manque d’ampleur général de la voix ne sont pas étrangers à l’impression générale de profonde futilité du spectacle.

 

Javier Camarena s’en tire convenablement dans le rôle exigeant d’Elvino, mais il ne parvient pas à donner la moindre crédibilité à ce personnage que ses revirements successifs rendent plus risible qu’émouvant. Très apprécié du public, le comte de Michele Pertusi fait une très belle entrée avec un « vi ravviso, o luoghi ameni » de grande classe ; le reste est moins enthousiasmant. Seul point noir de la distribution, la très médiocre Lisa de Marie-Adeline Henry : voix criarde, aigu claironnant, nuances inexistantes, la soprano française sert surtout de faire-valoir à Natalie Dessay.

 

La Sonnambula, c’est donc d’abord une déception, celle d’un spectacle promis comme l’un des clous de la saison de l’Opéra de Paris et qui en souligne au contraire les principales faiblesses : un retour de vedettes qui avaient un peu déserté Paris dans les derniers temps de l’ère Mortier (même si la Lucia de Dessay avait marqué les esprits il y a trois ans), mais au prix d’un net affadissement des mises en scène comme des choix de programmation. Le public semble ravi. On ne saurait contenter tout le monde.

 

 

La Sonnambula de Vincenzo Bellini à l’Opéra Bastille, jusqu’au 23 février 2010.

Publié dans Opéra de Paris

Commenter cet article

Corentin 17/02/2010 19:05


Le jugement me paraît un peu sévère, mais juste sur bien des points. En effet, le livret risible (d'autant que l'opéra a supprimé la circonstance originale qui voulait que le Comte soit le père de
la somnabule), la musique pas toujours fantastique, et la mise en scène tout à fait déplacée (le choeur des villageois joyeux du début sonne plus comme une marche militaire que comme l'annonce d'un
mariage tant il est écrasé par des décors et des costumes hors de propos).

D'accord aussi sur le ténor, dont l'échec le plus flagrant est sans doute de faire rire la salle lorsque, au comble du désespoir, il apprend que Lisa l'a également trompé. Le vaudeville prend le
pas sur l'émotion, mais sans une once de comique. Cependant, la voix est belle, pas toujours convaincante dans la colère, mais admirable d'émotion dans la douceur. Et j'ai trouvé l'alchimie avec
Natalie Dessay très réussie.

C'est sur Dessay que je m'écarte un peu de la critique. J'ai trouvé sa voix réellement fantastique, notamment dans la deuxième scène de somnambule, où elle atteint des sommets d'émotion. Peut-être
un seul regret sur cette apparition finale en robe rouge et diamants, qui marque le refus de faire une liasion vocale entre le désespoir de la somnabule et la liesse de la fiancée.

Somme toute, La Somnambule recèle tout de même des moments magnifiques, qui méritaient sans doute une meilleure production, mais que Natalie Dessay (comme Pertusi ou la chanteuse qui incarne la
mère) servent admirablement.